Dijon, Le Retour

 

Un beau week-end est prévu pour ce mois de juin 2017. Une bonne météo, une belle auto et un superbe tracé. Je le connais bien. En effet, j’ai plusieurs journées de roulage et une victoire à mon actif sur ce circuit.

J’arrive ce jeudi, en fin d’après-midi, avec le même désavantage qu’au Castellet. Les autres ont déjà deux jours de roulage dans les amortisseurs. De mon côté, je n’ai que le simulateur, où j’ai l’occasion de rouler avant mes week-end de course.

Vendredi matin avait lieu nos deux séances d’essais. La voiture glisse toujours autant mais je me positionne dans le top 10. Après quelques réglages, je reprends la piste avec de meilleurs pneus.
Mes résultats s’améliorent tours après tours. On comprend donc que c’est la gomme neuve qui camouffle le problème initial, qui réapparait suite à l’usure.

Pour les qualifs, on tente de changer nos réglages. Le peu de temps de roulage nous oblige à tout essayer. Finalement, je termine à la neuvième position pour cette séance.

Course n°1

Pour la première course du week-end, je suis paré et motivé !

Je prends un bon départ et j’arrive à être régulier. Je mets la pression devant moi et je parviens à dépasser plusieurs concurrents, jusqu’à ce que la voiture ne me le permette plus. Le train arrière veut absolument passer devant, ce qui est très gênant pour un circuit aussi rapide que celui de Dijon Prenois.

En effet, ce circuit est le plus rapide de la saison, avec une vitesse moyenne de 180 km/h, qui nécessite des appuis très importants et une belle vitesse de pointe.

Je termine en huitième position, malgré un tête à queue dans mon dernier tour. La voiture a soudainement décroché, sans coup de volant brusque ou autre erreur de ma part...

Course n°2 

Il s’agit d’un reflet de la course n°1.
J’ai pris un départ parfait ! Il nécessitait une légère anticipation, mais rien d’illégal car la voiture a avancé au feu vert.
Je me suis donc faufilé entre mes concurrents et me retrouve dès lors en quatrième position. Les pneus commencent à avoir du kilométrage et je le ressens énormément avec mes problèmes de châssis.
A mi-course, je décide alors de m’arrêter, de prudence, car cela devenait trop dangereux pour moi.

Nous préférons de ne pas participer à la troisième course.

Place à la trêve et aux vacances. On se revoit dans deux mois sur le circuit de Nevers Magny-Cours, où je serai déterminé à me placer plus haut dans le classement.